The Rolling Notes
DIGIFY-AFRICA

Google veut former 1 million de jeunes africains aux techniques numériques

Chebet Mutai, de Nairobi (Kenya), avait peu de connaissances dans le domaine du numérique lorsqu’elle a assisté à l’événement « Les femmes, la technologie et l’entrepreneuriat », organisé par Google en 2012. Mais ce qu’elle y a entendu et les compétences qu’elle y a acquises l’ont incitée à quitter le poste qu’elle occupait dans une banque et à réaliser son rêve de créer une maison de couture. Elle a investi ses économies dans l’achat de deux machines à coudre et la location d’un atelier, et elle a commencé à créer des sacs et des accessoires en cuir. Aujourd’hui, son entreprise Wazawazi (une combinaison de deux mots Swahili signifiant « ouverture d’esprit ») emploie 12 personnes, qui perçoivent une rémunération équitable, exporte dans le monde entier et poursuit son expansion.

D’ici à 2020, il y aura un demi-milliard d’internautes en Afrique, ouvrant de nouveaux horizons aux entreprises africaines et aux entrepreneurs numériques. Le chômage des jeunes en Afrique atteint un niveau élevé (35 % en Afrique du Sud, 17 % au Kenya, 13 % au Nigéria), développer l’entrepreneuriat numérique et créer de nouvelles possibilités d’emploi pour les jeunes est essentiel pour la croissance en Afrique. Mais les compétences numériques restent peu développées, et les économies africaines ont donc du mal à exploiter toutes les possibilités d’Internet.
DIGIFY-AFRICA
Pour aider à combler ce manque, Google s’engage aujourd’hui à former aux techniques numériques 1 million de jeunes en Afrique au cours de l’année prochaine, dans le cadre de sa contribution au développement de l’économie numérique en Afrique. A ce titre et dans cette optique, Google soutien son partenaire, Livity Africa, dans la mise en œuvre de deux programmes de formation : Digify Bytes, dont l’objectif est d’aider les jeunes à développer une carrière numérique ; et Digify Pro, un programme d’immersion de 3 mois pour former des spécialistes du numérique à des postes en entreprises et dans des agences numériques. Google a donc lancé digifyafrica.com, un portail de formation en ligne qui hébergera un ensemble de tutoriels et de cours portant sur le numérique. Mis à la disposition de tous en Afrique, il a été conçu pour être aussi « léger » que possible pour aider les gens à gérer l’usage des données.
Les programmes Digify (tous gratuits) proposeront des outils et des connaissances sur des thèmes parmi lesquels la construction d’une présence en ligne, la création de contenu, l’approche de la conception web et de l’expérience utilisateur, les réseaux sociaux et le développement d’applis. Un groupe de 65 Googlers de 9 pays ont aidé à développer le contenu Livity, assuré un tutorat et, dans certains cas, proposé une formation.
Google est aussi en contact avec un certain nombre de partenaires potentiels dans toute l’Afrique, dans l’optique de développer le programme de formation en techniques numériques et d’aider à toucher encore plus de jeunes dans plus de pays.

Il faut en faire davantage pour aider l’Afrique à réussir dans l’univers numérique et Google semble vouloir y participer. Internet offre de formidables opportunités pour démarrer de nouvelles activités ou pour développer les activités existantes et toutes les initiatives et aides pour aider les africains à tirer le meilleur parti de la révolution numérique sont les bienvenues. Internet est un moteur de croissance, pour tout le monde et le moment n’a jamais été aussi propice pour entreprendre en Afrique.

TheRollingNotes

The Rolling Notes (TRN) est une plateforme web collaborative. TRN a été initiée sous la forme d'un blog, pour évoluer à mesure des années et se transformer en Webzine. Les thématiques traitées sont à la fois le marketing, le digital et les actualités des marques, le design et la création, l'innovation et la technologie, tout en passant par l'univers des start ups et du business. Une sorte de calepin numérique dont le leitmotiv est : Feed your Brain… Rock your Mind !

Follow us

Don't be shy, get in touch!