The Rolling Notes
woman-engineer

L’Ingénierie n’est pas qu’une question d’hommes !

Au Maroc, 36% des diplômés d’école d’ingénieur sont des femmes (niveau licence). Même si ce chiffre fait meilleur figure que les 28% français et les 20% américain, il nous fait tout de même nous interroger sur la place des femmes dans le milieu ingénieur, souvent dépeint comme un milieu très masculin et macho.

En effet, ces temps-ci, on entend plus parler des femmes ingénieurs via les nombreux scandales de harcèlement qui font surface (chez Uber, notamment), que via leurs accomplissements professionnels.

Pourquoi ? Est-ce uniquement dû à un souci de sous-représentation, ou le problème est-il plus profond ? Beaucoup connaîtront la réponse à cette question, et sauront pointer du doigt la condition des femmes au Maroc, mais aussi en France, aux États-Unis, partout !

L’infographie ci-dessous décrypte la condition des femmes ingénieures – comment en sont-elles arrivées là, pourquoi sont-elles si peu nombreuses – et nous apporte quelques éléments de réflexion à ce sujet.

Au Maroc, les femmes ingénieures interrogées dans le cadre de l’étude “Les ingénieurs et la société maghrébine” nous en apprennent également un peu plus sur leur condition et leurs accomplissements.

Notamment, toutes ont pointé du doigt le fait qu’elles avaient dû constamment batailler pour arriver là où elles en sont. Beaucoup plus que les hommes : “ L’erreur et la médiocrité ne sont pas permis à une femme ! ”.

De plus, il est assez intéressant de constater que l’environnement familial et l’éducation des parents joue un rôle beaucoup plus important pour les étudiantes en école d’ingénieur que pour leurs homologues masculins. En effet, seulement 37 % des mères et 25 % des pères des femmes en école d’ingénieurs ne sont pas diplômés (contre – respectivement – 72 % et 44 % pour les hommes). Les femmes ingénieures ont donc plus tendance à venir de familles dotées d’un fort capital scolaire.

Évidemment, cela n’empêche en rien que dès l’école, la plupart d’entre elles ont dû prouver qu’elles étaient à la hauteur, malgré le manque d’encouragement de certains professeurs : “ Il avait fait de moi la risée de la classe. (…) Il me donnait ma note, mais chaque fois me disait qu’il ne s’attendait pas à que j’ai une note aussi bonne. ” Pourtant, elles déclarent toutes avoir toujours été première ou deuxième de classe.

Ce sont donc des femmes qui ont su tenir tête aux préjugés qui les ont poursuivi pendant toutes leur scolarité, des femmes qui ont su dire non, et qui se sont battues pour en arriver là ou elle sont.

Cependant, toutes les femmes ne sont pas capables d’en faire autant, et beaucoup n’ont pas la chance d’en arriver là. Il s’agit donc d’un problème de société sérieux. Et oui, plus de femmes ingénieures signifie… plus d’ingénieurs, alors que le Maroc enregistre toujours un déficit de professionnels de l’ingénierie.

 

women-engineer-infographic

 

 

Camille Richer

Camille Richer est responsable Marketing France pour la start-up allemande TradeMachines, et s’intéresse aux questions d’égalité hommes-femmes. Basée à Berlin, elle est aussi passionnée par l’art et la technologie.

Follow us

Don't be shy, get in touch. We love meeting interesting people and making new friends.