digital-society-forum-orange
in

Le numérique, inclusion ou exclusion ?

Initié par Orange en 2013, le Digital Society Forum est une plateforme de réflexion et de partage autour des impacts sociétaux du numérique. Le projet s’exprime sous la forme d’un espace collaboratif ouvert, afin de susciter la rencontre et le développement de visions plurielles entre monde académiques, acteurs institutionnels, praticiens, opérateurs économiques et citoyens pour offrir au plus grand nombre, une meilleure capacité d’agir face aux enjeux numériques.

Sur la base de dossiers thématiques préparés par les sociologues référents d’Orange, l’entreprise propose des contenus issus de la recherche via un site web dédié www.digital-society-forum.orange.com, des rencontres d’experts et ateliers collaboratifs organisés au cœur des territoires.

Les partenaires du digital Society Forum contribuent à la valorisation des thématiques choisies (Fondation Internet Nouvelle Génération (FING), The Conversation, la Fondation des Bernardins, Socialter, Le Drenche). L’Observatoire du numérique créé avec BVA depuis 2 ans permet d’évaluer la perception des Français et de lancer les débats. L’ambition de l’opérateur est de voir toutes les parties prenantes ressortir grandies et pleines de nouvelles idées à l’issue des échanges et réflexions croisés.

A ce jour, le Digital Society Forum propose 13 thèmes qui ont fait l’objet d’ateliers, avec plus de 976 propositions citoyennes formulées pour mieux tirer profit de l’immersion numérique de l’opérateur de téléphonie.

Une première édition au Maroc

La première édition du Digital Society Forum au Maroc s’est tenue le 18 avril 2019 au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain à Rabat, en présence de Yves Gauthier, CEO Orange Maroc ; de Christine Albanel, Directrice Exécutive d’Orange, en charge de la RSE, de la Diversité et de la Solidarité et Présidente déléguée de la Fondation Orange ; et de Mehdi Qotbi, Président de la Fondation Nationale des Musées.

Cette table ronde sous le thème « Le numérique, inclusion ou exclusion ? » a été animée par Thami Ghorfi, Président de l’ESCA, avec le concours de Christelle Craplet, Directrice des Études de BVA, Ahmed Réda Chami, Président du CESE, de Yousra Kourki, Fondatrice du Conseil des jeunes leaders de Tanger, d’Ilham Laaziz, Directrice du programme Génie au Ministère de l’Education Nationale, de Soumaya Naamane Guessous, Sociologue et Professeur de l’enseignement supérieur, et de Bachir Rachdi, membre du CESE.


En vidéo : Le débat dans son intégralité


Pourquoi le thème de l’inclusion ?

Les enjeux d’inclusion numérique concernent désormais l’ensemble de la population. Internet a envahi la société marocaine de façon brutale et rapide entrainant des mutations sociales considérables. Il a ouvert l’accès à l’universel, donnant quelques chances d’inclusion à ceux qui ont pu et su en tirer profit. Le numérique transforme aujourd’hui les rêves d’une jeunesse à cheval entre la tradition et la modernité.

Les Smartphones et les abonnements, aux coûts désormais accessibles, ont démocratisé l’accès aux technologies de l’information, y compris pour les populations les plus vulnérables dont les 38% de ruraux que compte le Maroc. Selon une étude récente de l’ANRT (Agence Nationale de règlementation des télécommunications), le taux d’équipement des ménages en téléphone mobile est de 99,8%. Aujourd’hui, 98,4% des internautes ont entre 15 et 24 ans et, parmi les jeunes de 5 à 39 ans, 80% sont équipés de Smartphones.

Un marché de téléphones neufs ou d’occasion s’est généralisé. De nouveaux métiers se sont développés, souvent convoités par une population sans qualification professionnelle, parfois fraichement urbanisée, constituée essentiellement d’hommes qui s’improvisent techniciens. Grâce à cela, les plus démunis peuvent être dotés de Smartphones et, dans une proportion moindre, de tablettes et d’ordinateurs. Comme l’équipement des foyers en wifi n’est pas accessible à tous -l’équipement des foyers en ordinateur n’est pas à la portée de la majorité des Marocains et notamment des jeunes qui vivent en zone rurale – on note une forte fréquentation des « cybers », qui proposent des ordinateurs connectés.

Mais l’accès aux technologies de l’information favorise-t-il équitablement l’inclusion numérique ? Depuis 2006, l’Etat fournit des efforts considérables pour l’éducation numérique en injectant plus d’1 milliard de dirhams pour accompagner les 7 millions d’élèves dans les écoles publiques. Malgré ces efforts, l’accès au numérique reste quand même limité et n’est pas ouvert à tous.

Si plus de 96% des jeunes de moins de 10 ans sont scolarisés, 32 % des plus de 10 ans sont analphabètes. Le taux d’analphabétisme reste élevé. Il concerne 41,9% des femmes et 44 % de la population rurale.

Cependant, les Smartphones sont très utiles pour les familles. Les contacts par téléphone étaient jusqu’à présent coûteux et parfois impossibles pour les ruraux. Dans un Maroc où l’exode rurale, l’émigration et la mobilité géographique sont importants, les liens familiaux sont maintenus et consolidés grâce aux appels gratuits et aux webcams.

Pour autant, la technologie apparait également comme amplificateur, voire comme un accélérateur des inégalités sociales existantes et usage n’est pas maîtrise. La majorité des usagers est autodidacte et utilise surtout les réseaux sociaux. La digitalisation n’est donc pas automatiquement source d’inclusion sociale et économique. L’utilisation du numérique n’aboutit pas toujours au développement économique, malgré quelques « Success Stories ».

Selon l’étude de l’ANRT, les internautes marocains ne sont pas assez conscients de la sécurité des systèmes informatiques et de l’utilité de se prémunir contre les menaces. Seulement, 21,4% des utilisateurs seraient conscients des risques de l’utilisation d’internet sans outils de protection. 7 parents sur 10 avouent ne pas être outillés pour accompagner et orienter l’usage de leurs enfants sur internet.

D’où la nécessité d’associer les forces de toutes les organisations pour donner des chances égales aux citoyens afin de réduire l’intensité de cette exclusion. Il ne s’agit plus seulement de se préoccuper de la population qui n’utilisent pas le numérique, bien que cela reste une priorité, mais de constater que, dans une société devenue profondément digitale, l’inclusion sociale et économique de tous implique que l’ensemble des parties prenantes soit intégré à l’effort d’apprentissage continu exigé par l’évolution permanente des nouvelles technologies.

Définition de l’inclusion numérique

L’inclusion numérique est un processus qui vise à rendre le numérique accessible à chaque individu, principalement la téléphonie et internet, et à leur transmettre les compétences numériques qui leur permettront de faire de ces outils un levier de leur insertion sociale et économique.


Vous pouvez prendre part au débat sur : digital-society-forum.orange.com


Written by TheRollingNotes

The Rolling Notes (TRN) est une plateforme web collaborative. TRN a été initiée sous la forme d'un blog, pour évoluer à mesure des années et se transformer en Webzine. Les thématiques traitées sont à la fois le marketing, le digital et les actualités des marques, le design et la création, l'innovation et la technologie, tout en passant par l'univers des start ups et du business. Une sorte de calepin numérique dont le leitmotiv est : Feed your Brain… Rock your Mind !

Comments

Loading…

0

Comments

0 comments

Centenaire-CTM-Maroc

CTM célèbre ses 100 ans

El-Mehdi-Benslim-Buzzkito-Buzzkilance

Buzzkilance : El Mehdi Benslim nous dit tout