Comment les faux comptes nuisent-ils aux entreprises ?

L’offre d’achat de Twitter par Elon Musk a fait couler beaucoup d’encre et a montré une fois de plus l’effet néfaste que les faux comptes peuvent avoir sur les entreprises. L’année dernière, Facebook aurait supprimé 6,5 millions de « faux » comptes et, selon certaines estimations, près de la moitié des comptes sur Instagram seraient des faux.

Cependant, les entreprises de réseaux sociaux ne sont pas les seules à être confrontées à ce problème. Ainsi, les sites de vente en ligne, de e-commerce, les banques, entre autres, sont également à risque.

Pourquoi ces organisations doivent-elles être conscientes de l’existence de faux comptes et comment ceux-ci peuvent-ils leur nuire ? Les experts en prévention des fraudes de Kaspersky ont mis en lumière les cas les plus courants. Ils sont au nombre de trois et sont détaillés ci-après.

1. Vol de primes / gratifications 

Lorsqu’une entreprise alloue un budget à son programme de fidélité, l’objectif est d’attirer de nouveaux clients et d’établir une relation mutuellement bénéfique avec eux. Cependant, ces efforts peuvent être gâchés par les fraudeurs qui créent de faux comptes. 

Avec 48.000 milliards de dollars de points de fidélité non dépensés accumulés dans le monde, les criminels sont attirés par les gains potentiels. Beaucoup de ces programmes, comme ceux qui offrent des cadeaux de bienvenue, sont généralement simples à souscrire et souvent, ils ne sont pas protégés par une authentification à deux facteurs, ce qui offre de nombreuses possibilités de fraude.

Les fraudeurs peuvent utiliser ou revendre ces offres de bienvenue, codes promotionnels ou autres cadeaux d’inscription, ou encore augmenter leurs chances de gagner un prix lors de promotions en participant à partir de plusieurs comptes. Parfois, des revendeurs non officiels peuvent également profiter de ces systèmes, en utilisant un bonus de bienvenue et en le revendant ensuite sur d’autres sites ; cela permet d’obtenir plus de points bonus du programme de fidélisation et de potentielles récompenses financières.

Les faux comptes sont préjudiciables aux acheteurs qui peuvent finir par acheter l’article qu’ils souhaitent sans réduction, ou même perdre la possibilité d’acheter un produit limité parce qu’il a été racheté. Cette situation a également un effet négatif sur les commerçants et les marques, car elle nuit à la confiance du client dans la marque et neutralise leurs activités de marketing, ce qui impacte les relations établies depuis longtemps avec les véritables acheteurs. 

faux-comptes-faux-avis
— 67 % des consommateurs s’inquiètent de la crédibilité des avis et que 54 % d’entre eux renonceraient à leur achat s’ils soupçonnaient que les avis sur le produit sont faux.

2. Faux comptes et faux avis

93 % des consommateurs affirment que les avis en ligne ont un impact sur leurs décisions d’achat. Il n’est donc pas surprenant que les faux avis soient devenus monnaie courante. Cette situation peut être bénéfique pour certains vendeurs peu scrupuleux, mais à long terme, elle peut nuire à la fois aux vendeurs et aux marketplaces qui référencent les produits.

Une enquête récente a révélé que 67 % des consommateurs s’inquiètent de la crédibilité des avis et que 54 % d’entre eux renonceraient à leur achat s’ils soupçonnaient que les avis sur le produit sont faux. Toute plateforme permettant de placer de faux avis peut également être accusée d’enfreindre le droit de la consommation par les autorités compétentes.   

3. Blanchiment d’argent

Les organismes financiers prennent très au sérieux l’authenticité des comptes de leurs clients, mais on peut tout de même y trouver des faux. Il s’agit de « mules financières », des comptes utilisés par des concurrents pour blanchir des fonds criminels. Bien qu’ils soient créés par des personnes réelles, ils ne sont pas utilisés aux fins prévues. Ils reçoivent des fonds illégaux sur leurs comptes et les transfèrent à une tierce partie.

Les fraudeurs utilisent des astuces sophistiquées pour mener à bien ces combines de blanchiment d’argent. Ils se tournent vers des outils d’automatisation, des serveurs proxy, des outils d’administration à distance et le réseau TOR pour ne pas être détectés et éviter de relier leurs activités aux stratagèmes précédents.

Les faux sont le côté obscur de l’anonymat, un avantage qui nous est accordé par Internet. Tant qu’il restera facile de créer un faux compte, les fraudeurs continueront d’essayer d’utiliser cette opportunité pour obtenir des gains financiers ou pour manipuler l’opinion publique.

Pour lutter contre ce phénomène, les plateformes numériques peuvent procéder à des ajustements afin de compliquer considérablement la procédure d’authentification. Cela peut toutefois affecter l’expérience utilisateur et entraîner la perte de clients.

Une autre méthode en augmentation utilisée pour se débarrasser des faux consiste à utiliser des technologies anti-fraude. L’intelligence artificielle, le Machine Learning et l’analyse prédictive permettent de repérer les faux comptes et les comportements suspects, en distinguant les faux des utilisateurs légitimes sans affecter la commodité des installations en ligne.


Comment reconnaître les faux avis en ligne sur les produits et services ?

Une fausse critique ou un faux avis peuvent être faite par l’entreprise elle-même, en publiant une critique positive fabriquée sur son propre site ou en publiant des critiques négatives concoctées sur le site d’un concurrent.

Comme nous l’avons vu plus haut, les recommandations visant à tromper les consommateurs sont nombreuses sur Internet. Pour remédier à ce problème des faux avis, la Commission fédérale du commerce (FTC) des États-Unis a notamment averti des centaines d’entreprises en octobre 2021 que si elles utilisaient des témoignages fabriqués ou des faux avis pour tromper les consommateurs, elles s’exposaient à des sanctions financières pouvant atteindre 43.793,00 US$ par infraction.

Dans le cadre d’un problème connexe, certaines entreprises supprimeraient même les avis négatifs des consommateurs sur les sites Web afin de tromper les clients potentiels. D’ailleurs et dans la première affaire de la FTC impliquant les efforts présumés d’une entreprise pour dissimuler des avis négatifs de clients, Fashion Nova, LCC, a été invitée à payer 4,2 millions de dollars dans le cadre d’un règlement.

Cette annonce faite en janvier est intervenue après que la FTC a allégué que le détaillant avait bloqué la publication d’avis négatifs sur ses produits sur son site Web. Selon la FTC, Fashion Nova n’autorisait que l’affichage automatique d’avis quatre et cinq étoiles et exigeait que les avis moins bien notés soient examinés avant d’être affichés sur le site. La FTC a déclaré que sur une période de quatre ans, Fashion Nova n’a pas approuvé ni affiché des centaines de milliers d’avis moins bien notés et plus négatifs. Une forme d’approbation est une fausse critique, qui peut être utilisée pour inciter un consommateur à acheter un produit.

Un faux avis peut être émis par l’entreprise elle-même, en publiant un avis positif fabriqué de toutes pièces sur son propre site ou en publiant des avis négatifs concoctés sur le site d’un concurrent. Les faux avis peuvent également se produire lorsqu’une entreprise envoie gratuitement un produit à un consommateur et que ce dernier laisse un avis positif sans mentionner comment il a reçu le produit. Il peut y avoir un accord tacite selon lequel il s’agissait d’un quiproquo.

Les 7 conseils pour repérer les faux avis et les faux comptes

Repérer les faux avis est difficile, mais ces sept conseils peuvent vous aider à faire le tri parmi les centaines d’avis que l’on peut trouver lors d’achats en ligne. Suivez le guide !

1. Regardez les dates des avis

Si les avis sont nombreux sur une courte période, cela peut indiquer que les avis sont faux. Une liste qui présente un large éventail d’avis sur différentes périodes peut être plus fiable.

2. Faites attention à la formulation de l’avis

Une étude menée par des chercheurs de l’université Cornell sur des avis d’hôtels réels et faux a montré que les avis réels utilisaient un langage et une formulation simples. Ils disaient « hôtel », « salle de bains » et « enregistrement », alors que les faux commentaires racontaient des histoires en utilisant des mots tels que « vacances », « voyage d’affaires » et « mon mari ».

3. Méfiez-vous des avis qui utilisent un langage similaire

Si de nombreux avis sont publiés dans un court laps de temps en utilisant un langage similaire, cela indique qu’il pourrait s’agir de faux avis. En échange d’un produit gratuit, on peut s’attendre à ce que le consommateur utilise certaines phrases lorsqu’il donne son avis sur le produit.

4. Vérifiez l’identité de l’auteur de l’avis

Un nom à consonance générique peut indiquer que l’avis a été rédigé par un faux compte. Si l’auteur d’un avis n’a soumis qu’un seul avis sur un produit, cela peut également être le signe d’un faux avis.

5. Méfiez-vous des commentaires sur les médias sociaux

Les lignes directrices de la FTC sur les divulgations exigent que les influenceurs révèlent qu’ils ont une relation financière, professionnelle, personnelle ou familiale avec une marque lorsqu’ils font la promotion de son produit.

Des influenceurs populaires sur les médias sociaux ont fait l’objet d’un examen minutieux pour n’avoir pas divulgué leur relation avec une marque alors qu’ils conseillaient à leur public d’acheter ou d’utiliser un produit.

6. Regardez si l’achat de l’auteur de la critique a été vérifié

Certains détaillants en ligne vous le diront et l’indiquerons. Un commentaire qui montre qu’il provient d’un acheteur vérifié est plus fiable qu’un commentaire impliquant un achat supposé et qui n’a pas été vérifié.

7. Si cela semble trop beau pour être vrai, c’est probablement un Fake

Lorsqu’ils laissent un avis honnête, la plupart des clients ne sont pas excessivement positifs ou négatifs. Ils peuvent avoir une bonne expérience, mais avoir tout de même des critiques sur un aspect. Si le produit semble être la meilleure chose qui ait jamais été vendue, il y a de quoi être sceptique.

Pour finir, voici en résumé un conseil bien avisé de la FTC : « Depuis des années, notre principal conseil sur l’utilisation des avis est de consulter diverses sources, notamment des sites Web bien connus qui proposent des avis d’experts crédibles et impartiaux. C’est toujours un très bon point de départ ».

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager avec vos amis et collègues.
The Rolling Notes
The Rolling Notes

Le blog du marketing et de la transformation numérique. Retrouvez également l'essentiel de la communication, du social media, de l'innovation, des tendances et de la tech. Feed your Brain… Rock your Brand!

Publications: 1985

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.