Kolsquare, la nouvelle marque de Brand and Celebrities, révèle une étude sur les taux d’engagement dans l’influence marketing.

Brand and Celebrities, acteur majeur du Celebrity Marketing en France, lance sa nouvelle marque, Kolsquare : une plateforme qui permet aux professionnels du marketing et de la communication d’optimiser leurs campagnes d’influence marketing. Ce lancement est né du constat que les influenceurs sont devenus de véritables Key Opinion Leaders (K.O.L.), un nouveau média dont l’activation est un enjeu majeur pour les annonceurs, qui cherchent à gagner la confiance des consommateurs.

Ainsi, Kolsquare a pour ambition de structurer le marché de l’influence marketing, en France puis en Europe, en s’appuyant sur ses 8 ans d’expertise dans l’influence digitale via les activités de Brand and Celebrities. Cela passe par une approche technologique, permettant de garantir un lien authentique et de confiance entre les marques et les influenceurs en rendant rationnelle leur collaboration. Kolsquare dévoile d’ailleurs une première étude portant sur les taux d’engagement sur les réseaux sociaux et l’intérêt pour les marques de faire appel à des K.O.L. : Le taux d’engagement dépend-il du réseau social ? Du thème abordé ? Du fait d’être sponsorisé ou non ? Kolsquare apporte son éclairage d’expert sur ces questions.

L’étude porte sur un échantillon d’influenceurs étudiés au 1er semestre 2018 (environ 10.000 comptes), présents sur la plateforme Kolsquare et approuvés comme compte d’influenceur par les équipes Kolsquare, et ayant au moins 50% de leur communauté Instagram basée en France.

Quel est l’impact des posts sponsorisés sur les taux d’engagement ?

L’étude Kolsquare révèle que, sur 1,2 million de posts analysés, environ 11.000 (soit 0,93%) sont indiqués comme sponsorisés. En moyenne, le taux d’engagement de ces posts sponsorisés est de 2,42%. En comparaison, le taux d’engagement moyen sur les posts non sponsorisés analysés est de 1,21%. La présence de hashtags indiquant un post comme sponsorisé (#ad, #sponsored, #sponsorise, #ads, #advertisement, #sponso, #advertisements) n’est donc pas un frein à la réussite d’un partenariat entre un influenceur et une marque et ne réduit pas l’impact du post à partir du moment où il est sincère et authentique. Il faut avant tout que la campagne soit crédible.

Sur certains segments, les posts sponsorisés ont même une performance nettement supérieure aux posts non sponsorisés. Exemple avec le thème « Voyage », les posts sponsorisés des méga-influenceurs sur Instagram affichent une moyenne de taux d’engagement à 6,52% (vs 3,40% en non-sponsorisé).

kolsquare-cards

Les thèmes ont-ils une influence sur les taux d’engagement ?

Certains secteurs sont déjà très matures sur le sujet de l’influence marketing. La mode, la beauté et le sport & fitness représentent par exemple 37% du volume de posts sponsorisés relevés. Ces thèmes très présents sur les réseaux sociaux, notamment Instagram, se prêtent très bien à des partenariats entre marques et influenceurs. Néanmoins, l’étude révèle que les taux d’engagement sont plus élevés sur des thèmes qui ne présentent pas encore beaucoup de posts sponsorisés.

La famille, les animaux et le voyage (qui représentent 10% du volume des posts relevés) sont en moyenne à 2,82% d’engagement, alors que le top 3 en volume – mode, beauté et sport & fitness – est à 1,89% d’engagement en moyenne. Il y a ainsi une opportunité pour les marques des secteurs famille, animaux et voyage d’engager fortement les communautés d’influenceurs et parfois plus que sur les secteurs faisant déjà beaucoup d’influence.

Y a-t-il des disparités de taux d’engagement entre les réseaux sociaux ?

D’après l’étude, le taux d’engagement est en moyenne de 3,19% sur Instagram (sur 10 610 posts sponsorisés). Il est de 0,69% sur Facebook (614 posts sponsorisés) et de 0,02% sur Twitter (18 posts sponsorisés). Instagram confirme donc son hégémonie sur le volume de posts sponsorisés et sur les niveaux de taux d’engagement par rapport à Facebook et Twitter, qui sont désormais délaissés par les annonceurs.

Cette analyse confirme la tendance de baisse du reach organique observé sur Facebook suite aux changements d’algorithme, tandis que le nombre d’utilisateurs actifs ne cesse de grandir sur Instagram avec un reach organique encore stable pour les marques.