Peu de choses sont plus ennuyeuses qu’un site Web qui ne fonctionne pas comme prévu. Des temps de chargements lents, des interfaces mal conçues (ou délibérément trompeuses) et des pages qui se déplacent et distraient le contenu de la page ; rendent l’obtention des informations plus difficile et rendent l’expérience de l’utilisateur « frustrante ».

Dans cette perspective, Google intervient pour la mise en œuvre d’un nouvel ensemble de meilleures pratiques. Ce dernier commencera à intégrer l’expérience utilisateur dans ses résultats de recherches, ainsi que les principales fonctionnalités de la recherche mobile. Google n’optimise plus uniquement pour les informations qui sont proches des mots-clés, mais également pour un Web « agréable ». La conception de page plus conviviale est sur le point de devenir cruciale.

Le nouveau facteur de classement combinera des mesures quantifiables liées à la vitesse, la réactivité et la stabilité visuelle avec d’autres critères tels que la convivialité mobile, la navigation sécurisée, https et l’absence de fenêtre intrusive afin de fournir une image plus complète de la page Web.

Explorer comment Google analysera ces mesures devient assez technique, toutefois, les pages devraient se charger en un temps de 2,5 secondes et les utilisateurs devraient pouvoir interagir avec la page dans les 100 microsecondes.

web-vitals

Une excellente expérience de page ne remplace pas un excellent contenu de page

Bien que Google ait annoncé une recherche interne montrant que les utilisateurs préfèrent les sites avec une « bonne expérience de page », ce n’est pas la fin pour les classements de recherche. En effet, Google classera toujours les pages avec les meilleures informations en premier, bien que l’expérience utilisateur se doit d’être idéale. Une excellente expérience de page ne remplace pas un excellent contenu de page.

En mentionnant le virus COVID-19, Google indique que les changements de classement ne se produiront que l’année prochaine, et Google fournira un préavis d’au moins six mois avant leur déploiement. Aussi, la mise à jour n’exigera plus que les éditeurs utilisent les pages mobiles accélérées pour être éligibles pour les articles les plus populaires. AMP maintient les utilisateurs dans l’interface de Google plutôt que de les diriger sur le site lui-même.

Les designers savent qu’une excellente expérience utilisateur conduit intrinsèquement à une meilleure compréhension des informations et à un engagement plus approfondi. Prioriser l’expérience de la page pourra peut-être même susciter une certaine « satisfaction » inattendue.

Core Web Vitals : Un nouveau standard Google ?

L’objectif des Core Web Vitals, que Google veut standardiser sur l’ensemble de ses plateformes, est essentiellement d’affiner les résultats de recherche de manière plus poussée en ajoutant à ses critères de qualité de contenu, un critère additionnel de qualité de performance. Ce critère sera mesuré sur la base du temps de chargement (LCP), de la rapidité et d’aisance d’interactivité (FID) et de la stabilité et consistance visuelle (CLS) d’un site web.

Core Web Vitals metric

“Autrement dit, Google veut que les sites optimisent le technique autant que le contenu, accordement à leurs best practices et standards de confort d’utilisation et d’expérience utilisateur qualitative, et utilise sa position dominante pour imposer une marche forcée vers l’avant, tout à notre bénéfice, nous autres utilisateurs du web. Merci, tonton Google !”, explique Anass D., Consultant UX – The Next Click.

Pour aller plus loin