Avec plus de 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel au niveau mondial, le gaming est désormais la première industrie culturelle mondiale, loin devant la musique et le cinéma. Ce phénomène mondial n’a pas épargné le Maroc où se comptent déjà plus d’un million de gamers actifs dans toutes les régions du pays, selon les statistiques de la World Gaming Federation (WGF), avec un potentiel de quatre millions de gamers.

La puissance du jeu vidéo, la convivialité des consoles familiales et la mobilité des smartphones ont contribué à inscrire la pratique dans le quotidien d’une cible de plus en plus large, loin du marché de niche destiné aux seuls enfants, à tel point qu’il n’est aujourd’hui plus socialement honteux de revendiquer son appartenance à la communauté des gamers et autres geeks.

Ce phénomène de masse commence à intéresser les annonceurs marocains les plus audacieux qui y voient une opportunité de communication en prise directe avec des communautés de passionnés et une pratique culturelle de plus en plus populaire.

Une pratique mainstream…

Les gamers rassemblent toutes les classes sociales et les origines. En individuel ou en tournoi, en local ou sur le net, sur mobile, sur console ou sur les réseaux sociaux, contre de l’argent ou gratuitement, ultra-compétitifs ou bon-enfant, seul, entre amis ou contre des inconnus, le gaming a investi tous les territoires. Les jeux les plus populaires ont créé de nouveaux types d’usages, devenant de véritables réseaux sociaux, ainsi que de nouveaux profils de joueurs, comme les cosplays, qui se plaisent à arborer les costumes de leurs avatars. Ainsi, chaque semaine, plus de dix millions de joueurs se connectent sur WoW (World of Warcraft).

La diversité des pratiques de gaming permet aujourd’hui de couvrir et de rassembler un public extrêmement large entre les adeptes du clic, pressés de franchir tous les niveaux, les accros aux personnages animés qui courent de plateforme en plateforme, les pilotes de course déjantés, les adeptes de jeux de baston, de jeux de survie ou encore les fans de e-sport, football, basket ou tennis.

Cap sur les influenceurs gaming

De plus en plus d’anonymes se sont fait un nom dans l’univers du gaming en partageant leur passion en ligne. Pourtant, ils sont encore rares, au Maroc, à être mis en avant par les annonceurs directement, afin de mieux promouvoir leurs produits et de toucher leur communauté.

inwi a été l’un des premiers à avoir vraiment compris l’importance de mettre en avant les représentants de la communauté du e-sport et de l’industrie du gaming, véritables influenceurs qui ont réussi à fédérer une communauté de plusieurs milliers de personnes autour de leur centre d’intérêt et de rendez-vous réguliers. L’opérateur de télécommunications sponsorise ainsi le joueur de « Versus Fighting » (jeux de combat) Khalid Naili, alias Frionel ou Friokugen : Naili s’est imposé dans de nombreuses compétitions nationales et internationales sur le jeu « King of Fighters », son jeu de prédilection.

Autre signe de l’engagement d’inwi aux côtés des gamers marocains pour structurer et développer la pratique de l’e-sport au Maroc : la e-league inwi. La première ligue professionnelle de gaming et e-sport au Maroc se base sur un programme de compétitions professionnelles tout au long de l’année. Depuis mai 2017, elle permet aux joueurs marocains de se confronter aux meilleurs joueurs nationaux dans 8 jeux-phares (League of Legends, FIFA, King of Fighters, Street Fighter, Clash Royale…)et de se qualifier pour représenter le Maroc aux championnats mondiaux.

La e-league compte aujourd’hui plus de 20 000 inscrits et a intégré officiellement l’ESWC (eSport World Convention) en décembre 2018, confirmant le bien-fondé de l’initiative d’inwi en faveur du gaming. Désormais, le vainqueur de la e-league inwi représentera le Maroc aux championnats du monde au Paris Games Week, salon français du jeu vidéo.

Le jeu vidéo s’inscrit dans le quotidien d’une cible de plus en plus large, à tel point qu’il n’est aujourd’hui plus socialement honteux de revendiquer son appartenance à la communauté des gamers et autres geeks.

Un investissement marketing opportuniste ?

Doit-on voir une forme d’opportunisme dans cette incursion des marques dans l’univers du gaming ? Que peuvent concrètement attendre les annonceurs de cette association ?  Pendant longtemps, les principales entreprises sponsors du gaming et du e-sport étaient proches de ce milieu : informatique, high-tech…

L’exemple d’inwi, dont les solutions mobiles et connectées contribuent à inscrire la pratique dans le quotidien des gamers, démontre l’intérêt de nouvelles entreprises, parfois les plus éloignées de l’industrie du jeu vidéo, qui n’hésitent plus à investir massivement en sponsorisant des événements ou des joueurs, de manière tantôt discrète, tantôt très visible, parfois naturelle et logique, parfois surprenante et opportuniste.

Objectif : être associées aux valeurs de camaraderie, passion, patience, endurance, effort, ingéniosité ou encore résistance portées par ce divertissement auprès de cibles principalement jeunes, technophiles et digitalisées – communauté d’utilisateurs potentiels.

Fini le temps où ces marques capitalisaient sur le volume en ciblant une couverture maximale : elles privilégient aujourd’hui les opérations spéciales auprès de milieux somme toute assez restreint, menées autour de quelques influenceurs associés à la création de contenu. Lenovo Maroc a ainsi financé une partie du tournoi Legends of Morocco organisé en juillet 2017 dans la Moroccan Gaming Arena de Rabat. Cette compétition autour du jeu en ligne League of Legends (LOL) s’est tenu à l’initiative de League of Morocco, un collectif de 132 gamers marocains passionnés venus de tout le pays et parti d’un groupe Facebook.

Le monde du gaming a ses codes et ses traditions. Apprendre à les respecter, c’est pour un annonceur s’assurer une communication optimale et de meilleures retombées.

La clé du succès ? Devenir gamer-centric

Mais si pour ces marques l’association au gaming est avant tout un moyen d’atteindre leur cible marketing, il ne faut pas sous-estimer la compréhension des phénomènes et usages gaming pour performer.

En somme, devenir gamer-centric.

Le monde du gaming a ses codes et ses traditions. Apprendre à les respecter, c’est pour un annonceur s’assurer une communication optimale et de meilleures retombées. Car cet univers, souvent plus exigeant que d’autres, pardonne rarement les erreurs de communication et exige de la part des marques d’être en mesure d’offrir une véritable proposition de valeur aux joueurs, en comprenant leurs attentes et en se mettant à leur service.

inwi s’est ainsi engagé aux côtés du collectif « Moroccan Game Developpers » pour créer des jeux 100% marocains, les promouvoir et participer à l’émergence d’une réelle industrie du jeu vidéo au Maroc et dans la région. Cette collaboration a d’ailleurs déjà permis de développer des jeux inspirés de la culture marocaine tels que «Z7am» et «Trombiya», qui ont connu un réel succès populaire grâce à leur mise à disposition sur la plateforme inwi dédiée au gaming et aux jeux sur mobile, La3b’in.

Un succès d’estime comparé aux grandes franchises mondiales, mais nul doute que l’écosystème du gaming marocain se développe et est prédit à de beaux jours, à l’initiative de marques engagées.