Facebook vient d’annoncer une croissance continue de ses revenus publicitaires pour le premier trimestre, alors que les spécialistes du marketing digital tentent de surmonter les perturbations de la pandémie de Covid-19. Le géant des réseaux sociaux a ainsi vu des revenus publicitaires augmenter de 17% par rapport à l’année précédente, malgré une forte baisse des ventes en mars, la pandémie ayant alors pesé sur la demande.

Plus d’utilisateurs actifs

Avec presque la totalité de la planète confinée, les utilisateurs actifs quotidiens du réseau ont augmenté de 11% par rapport à l’année dernière pour atteindre 1,73 milliard. Le revenu moyen par utilisateur de Facebook a ainsi augmenté de 8% pour s’établir à 6,95$, tandis que les Etats-Unis et le Canada enregistraient les plus fortes croissances (de 13% pour s’établir à 34,18$).

Le chiffre d’affaires de l’entreprise a augmenté de 18% pour atteindre 17,7 milliards de dollars, dépassant légèrement les estimations des analystes de 17,4 milliards de dollars.

Prix moyen de l’annonce en baisse

Dans le même temps que l’augmentation des revenus publicitaires, la plateforme sociale a vu le prix moyen des publicités achetées chuter de 16% au cours du premier trimestre. Cette baisse s’est surtout concentrée sur le mois de mars, le mois d’avril laissant constater des prix moyens stables par rapport à l’année précédente.

Les petites entreprises ont en effet été nombreuses à mettre en place des campagnes ciblées sur la plateforme avec des budgets modestes

Et Instagram ?

Bien que Facebook n’ait pas fourni de ventilation des revenus entre Facebook et Instagram, l’agence d’achat médias Merkle a observé plusieurs tendances sur les plateformes au cours du premier trimestre. Parmi ses clients, les dépenses en publicités Facebook ont augmenté de 19% au premier trimestre 2020 par rapport à l’année précédente, tandis que le CPM (Coût pour mille) a bondi de 36% dans un contexte de baisse de 13% des impressions.

Les dépenses des annonceurs sur Instagram ont bondi de 39% par rapport à l’année précédente, les impressions ayant augmenté de 80% bien que les CPM aient chuté de 23%.

Et du côté de Google et Snapchat ?

Google a annoncé le 27 avril que ses revenus publicitaires, y compris ceux de YouTube, ont augmenté de 10% pour atteindre 33.8 milliards de dollars au premier trimestre. La croissance des ventes publicitaires a été plus rapide que le gain de 8,7% pour Google Search (annonces de recherche).

Dans le même temps, les revenus de Snapchat ont bondi de 44% pour atteindre 462.5 milliards de dollars au premier trimestre, alors que la plateforme avait enregistré 11 millions de nouveaux inscrits. De son côté, Twitter a annoncé que ses revenus avaient augmenté de 3% par rapport à l’année précédente, bien que les ventes aient chuté en mars.